[responsive-menu]

Tordons le cou à quelques idées reçues, et cachons vite celles qui sont fondées.

Le windsurf, c’est cher.

Oui, et non. C’est un sport d’équipement. Comme tel, il nécessite de s’équiper un minimum. Acheter neuf son premier équipement signifie débourser plusieurs milliers d’euros. Il est cependant possible de s’équiper d’occasion pour 400 à 600€, habillement compris. C’est plus cher que pour le foot (toutes façons, le foot, c’est bidon…), mais c’est comparable au vélo, au golf, à la plongée ou à la pratique d’un instrument de musique et c’est carrément un sport de prolétaire quand on le compare aux sports mécaniques (moto, kart, avion, parachutisme, etc …)

Ensuite, les principaux frais sont liés aux déplacements si vous habitez loin de la mer.

Le windsurf, c’est pour les gens qui habitent près de la mer.

Oui, et non. Évidement, si vous habitez Gruissan ou Pont-Mahé, c’est mieux. En intérieur, on trouve suffisamment de lacs pour au moins s’initier et s’entretenir entre les vacances. Visitez windsurf sur eau plate pour vous en convaincre. Après, il y a des solutions de co-voiturage comme le KIFF pour s’organiser des sorties en mer de temps en temps.

Les windsurf, c’est pour ceux qui habitent sous des climats méditerranéens.

Non. Bien équipé, on ne souffre pas du froid. Il y a des planchistes au Canada, en Irlande, et en Norvège qui connaissent des conditions bien plus fraîches que les nôtres. Consultez les conseils sur l’habillement.

Le windsurf, c’est pour les mecs gaulés comme Patrick Swayze.

Non. C’est le pratiquant qui décide des efforts sur la planche, que ce soit en intensité (traction de la voile) ou en durée (temps de la session). La musculature vient toute seule, au fur et à mesure de la pratique, pour peu que vous décidiez de pratiquer régulièrement. Un enfant de 10-12 ans peut sans problème débuter le windsurf, à condition que la taille de la voile soit adaptée. Certains commencent même vers 6 ans. De plus, être un gabarit léger est un avantage parce que le moindre souffle d’air vous fait partir alors que les poids lourds restent scotchés sur place.

Par contre, une fois qu’on veut progresser pour de bon, il va falloir prendre soin de son corps, et ne pas se limiter au windsurf pour gagner en endurance et en puissance.

Le windsurf, c’est duuuur.

Oui et non. Il faut effectivement se donner un peu de mal pour apprendre, mais la satisfaction que l’on a à se voir progresser est importante. C’est d’ailleurs quelque chose de bien dans ce sport, on a toujours quelque chose à apprendre.

Le windsurf, c’est super technique.

Oui et non. L’apprentissage, c’est 10% de théorie et 90% de pratique. Il faut au départ s’appliquer à faire les mouvements correctement et ceux-ci deviennent assez rapidement instinctifs. Je compare une nouvelle fois au ski : appuyer sur la jambe gauche pour tourner vers la droite n’est pas naturel mais devient rapidement un réflexe acquis. Basculer sa voile pour tourner dans ou contre le vent, c’est la même chose.

Pour faire du windsurf, il faut avoir de la place chez soi et rouler en pick-up.

Sauf pour ceux qui louent le matériel, la voiture est indispensable. Par contre, pas besoin d’avoir un espace ou un combi VW. Même dans une polo, ça rentre. Pas tout, mais une planche ou deux et quelques voiles, ça rentre. Un ludo space ou un monospace, c’est surement mieux…. Impératif, que le côté droit soit le plus plat possible. Une 5008, et une classe B, les deux bien bourrés….

5008 windsurf

Classe B windsurf

Le stockage peut être plus problématique. Pour ceux qui n’ont pas de box ou de cave, certaines bases de loisir ou clubs (Pointe Rouge, Jablines ou Cergy, par exemple) proposent des casiers à l’année.

Un certain Mobidique nous propose aussi une installation avec ses sangles de transport pour un minimum d’encombrement :

Comment accrocher sa planche au plafond

Moi, j’aime pas le windsurf.

Essaie le scrabble, la sieste, ou va faire un sport facile comme le kite.

Gay kite