[responsive-menu]

WINDBASE : Peux-tu nous résumer ce qui t’a marqué depuis que tu as commencé le windsurf?
THIERRY : La première fois que j’ai mis les pieds sur une planche, c’était il y a 40 ans, et j’ai vu et participé à l’évolution de la planche à voile

WINDBASE : Pourquoi ce retour au speed en planche ? Plaisir uniquement ou de vrais espoir à des perf de N°1 voire les 54 noeuds ou plus? Et, pourquoi as-tu arrêté?
THIERRY : Pour le plaisir avant tout, les sensations, + de 40 noeuds sur une planche à voile, quel pied!!!!!
Si les perfs doivent venir en plus ce serait que du plus. J’avais arrêté pour un autre challenge, un projet professionnel: monter une entreprise, cela demande aussi beaucoup d’efforts!!! je suis toujours dedans

WINDBASE : Es-tu conscient que pas mal de windsurfers actuels ont découvert la planche en voyant les images de ton record?,
THIERRY : J’ai participé pour une petite part à l’évolution de ce sport, et j’espère avoir suscité des vocations, et donné l’envie!!!

12902_832856606791328_1386379866213016525_n

WINDBASE : Comment se passe la partie sponsor quand on revient en speed après un temps d’arrêt? Participes-tu à la R&D?
THIERRY : Au départ y en a pas du tout, et puis sur le nom sans doute quelques petites aides, mais je me suis principalement financé. J’achète tout le matos.

WINDBASE : A l’époque de tes  records (NDW : 3 record absolus de vitesse à la voile toutes catégories, il est toujours le seul…), tu es arrivé sans être considéré comme « pro », et tu as mis une belle rouste a certains, est-ce que ça a jeté un froid sur le circuit de speed? Certains ont même dit que tu te posais juste lourdement dans le harnais et que tu écrasais le clapot…
THIERRY : C’est vrai que  je ne suis pas arrivé en tant que  pro, je suis arrivé par la petite porte sur mes vacances, en 1984 à Brest, j’ai participé à beaucoup de courses et je n’ai mis la rouste à personne pendant les premières années, en 86 à Fuerte je finis 16 eme avec des voiles de vague, c’est seulement à partir de 88 que je commence à être dans les premières places. Je ne pense pas avoir jeté un froid, mes performances ont sans doute bousculé un peu, mais celles des autres m’ont aussi bousculé. Pascal Maka avait dit ça pour le cul dans le harnais, ma puissance m’a permis cela.

WINDBASE : Quel était ton secret à l’époque pour être le meilleur ?
THIERRY : J’étais un grand travailleur, tenace, observateur à chaque condition de navigation, avec toujours la détermination en tête d’améliorer mes temps… le reste s’est toujours fait avec passion…!

WINDBASE : Quelles ont été les retombées médiatiques et financières de ton record ? Qu’est-ce que le record a changé dans ta vie de tous les jours ?  
THIERRY : Retombées médiatiques, oui un peu. La finance dans le windsurf c’est pas vraiment là qu’il fallait être. Le windsurf a modifié le court de ma vie, ça c’est sûr!!!  En tous les cas, une vie originale et ouverte sur l’extérieur… surtout au point de vue humain… j’ai rencontré des gens formidables!!! Et dans le cadre du travail, un gars comme Roberto Ricci!!

WINDBASE : Après un break de 10 ans avec le milieu du speed, qu’est ce qui a fondamentalement changé aujourd’hui ?
THIERRY : Les choses n’ont pas vraiment changé, un peu d’évolution sur le matos (ailerons asymétrique obligatoire)

WINDBASE : A ton avis, pourquoi ne voit-on pas plus de jeunes coureurs sur les compétitions de speed?
THIERRY : Il est difficile d’atteindre un niveau, il faut quand même un physique, de l’entrainement, de l’expérience, du travail, du courage, et de la disponibilité…et du sponsoring…

WINDBASE : Ton quiver de speed actuel? (On veut tout savoir! 😉 )
THIERRY : Planches RRD, planches de série 114   98   90 litres + 3 guns de vitesse  49 cm   44 cm 42 cm
Voiles RRD, voiles FIREWING, j’ai retrouvé avec ces voiles beaucoup de plaisir, facile à régler
Mats RRD, adaptés aux voiles, mais je décale d’une rigidité, car sinon c’est trop souple
Wish NAUTIX, depuis plus de 30 ans, leur diamètre et ouverture du galbe me conviennent
Ailerons UFO, le designer: mon pote Olivier Ponrouch

10347418_1483393035254610_7119477615735497915_n

WINDBASE : Pour toi, dans quel sens a évolué le matos de speed? Factilité, performance, stabilité…? Quel est ton avis sur les évolutions depuis 15 ou 20 ans?
THIERRY : Les voiles et les ailerons ont fait de gros progrès, les planches et wish sont  plus stables…

WINDBASE : Quel est le plafond actuel pour la planche en vitesse?
THIERRY : 55 noeuds me paraissent accessibles.

WINDBASE : Quelles pourraient être les innovations futures pour repousser encore davantage les limites? On a vu par exemple Eric Beale bosser sur des ailerons atypiques…
THIERRY : L’aileron est une pièce essentielle, il faut faire des recherches, des tests, des essais, aller dans plusieurs voies, pour trouver la meilleure.

WINDBASE : G10 ou carbone?
THIERRY : Carbone ça c’est sûr!!!!

WINDBASE : As-tu des surprises en stock niveau matos / développement pour 2015 ?
THIERRY : Non pas de surprises, amélioration du matos actuel, rectifier les erreurs de 2014

WINDBASE : Crois-tu au foil en speed ?
THIERRY : Oui peut être.

WINDBASE : As-tu déjà testé?
THIERRY : Non, pourquoi pas ?

WINDBASE : Le speed dans 25 ou 30 ans?
THIERRY : Avec ou sans moi??!!! j’aurais 59 ans cette année…. donc…
J’espère que le speed se portera toujours bien, et de mieux en mieux, car c’est une discipline qui peut apporter du plaisir à tellement de sportifs ! Préservons nos spots !

WINDBASE : Quel est selon toi le facteur le plus limitant (à vent constant) ? Planche, voile, aileron, bonhomme, le canal (on avait parlé de profondeur de canal, de clapot…)
THIERRY : Un plan d’eau dégradé, pour moi, est le facteur le plus limitant ! Et de loin !

WINDBASE : Ta plus grosse taule en speed?
THIERRY : Tarifa 93 à 45 noeuds et 60 noeuds de vent, d’une violence incroyable !

WINDBASE : Et le défi wind?
THIERRY : Quelle course putain!! 1200 participants, l’organisation très bien ficelée, la plus grande course du monde!!!! Mais pas pour moi (enfin pour le moment, quand je serai vieux peut-être ! ).

WINDBASE : A la vue de l’épreuve de Luderitz 2014 … quelles leçons en as-tu tiré ?
THIERRY : Utiliser des mâts plus raides!!! Et se préparer encore plus physiquement, car un run, c’est  40 secondes d’une grande violence !

WINDBASE : Luderitz en 2015 ?
THIERRY :
Oui nous sommes inscrits 2 semaines   avec Yann (NDW : Coadic. les Tontons Speedeurs c’est par là!)
A quand un canal à Leucate!!!????

10606282_1482930605300853_1309391569502278076_n

WINDBASE : Les tontons speedeurs toujours à donf?
THIERRY : Oui, mais nous avons tous deux des métiers très prenants, avec des horaires de ouf!!!

WINDBASE : Penses-tu avoir tes chances pour aller plus vite qu’en 2014?
THIERRY : J’espère, en tous cas je fais le max pour, mais je n’ai plus le même niveau qu’il y a 20 ans… Tout dépendra des conditions de navigation…

WINDBASE : Est-ce que tu navigues aussi en vagues ou en freeride?
THIERRY : Non, planches de slalom avec ailerons orientés speed ou Guns de vitesse et voiles à cambers uniquement.

WINDBASE : Quels conseils de base pourrais-tu prodiguer à un mec moyen qui veut augmenter sa Vmax de 5 noeuds ?
THIERRY : Du bon matos ; peaufiner les réglages ; de  la muscu pour la puissance ;  le vélo et le paddle pour la résistance, et y croire !

Thierry   N° 44