[responsive-menu]

Benoit et Sylvain Moussilmani vous connaissez? Impossible de les rater sur les spots Marseillais, présents à haut niveau en PWA… Et ces derniers temps ils font une promo très sympa pour notre sport sur le Web (d’ailleurs vous pouvez retrouver leur contenu sur www.lesmouss.com et http://www.facebook.com/Lesmoussbrothers !)

WINDBASE : Racontez nous un peu ce qui vous a mené au windsurf?

Sylvain : Le Windsurf, j’y suis tombé par hasard. Dans ma jeunesse, j’aimais bien le ballon et les sports collectifs, d’ailleurs nous étions dans la même équipe de foot. Quand soudain Cyril a décidé de s’initier au Windsurf par l’intermédiaire d’un ami, cela a donné le déclic a Benoît, et moi tout naturellement j’ai suivi mes frangins, de sessions en sessions, j’y ais pris goût, le feeling y était, puis j’ai jamais décroché.

WINDBASE : Que vous a apporté votre gémellité depuis que vous avez tout « laché » pour vous consacrer au sport?

Sylvain : Notre gémellité est à mes yeux, un point peu significatif, j’ai une relation identique à celle de Cyril, étant donné que nous avons les même projets et les même partenaires, cela a tendance à nous rapprocher, mon caractère se rapproche plus de Benoît, il est devenu aujourd’hui un sparring partner d’excellente qualité, et grâce à ce rapprochement, nous pouvons espérer de réaliser nos projets les plus fous. C’est devenu un atout majeur, cela nous permet de proposer un profil différent aux partenaires.

WINDBASE : Le sud de la France, et plus particulièrement Marseille et ses alentours, compte un grand nombre de spots de windsurf. Lesquels preferez vous, et pourquoi? Sur quel spot a-t-on le plus de chances de vous croiser?

Sylvain : Mon spot préféré est celui de Carro par Est ou Sud est, le swell est très fréquent, la vague génère une réelle puissance au pic. Il est souvent accompagné de vent soutenu, donc idéal pour s’exprimer en jump bâbord, mon côté favori. Le seul hic, traverser Marseille en heure de pointe…

Benoit : Ce sera plus le prado pour me satelliser en jump tribord, à seulement quelques minutes de la maison!

WINDBASE : Comment se passent vos entrainements, a terre et sur l’eau?

Sylvain et Benoit : Nous sommes sur l’eau tous les jours, du moment où nous avons du matériel à tester ou que les conditions nous plaisent, les heures passées dans l’eau sont ilimitees, tant que le plaisir est présent. A terre, nous faisons du vélo, du golf, du surf avec Cyril dès que nos plannings nous en donnent la possibilité.

Les Mouss

WINDBASE : Vu de l’intérieur, une étape de PWA, ça se gère comment? Le container de matos a transporter, la découverte du plan d’eau, les manches, le stress…

Sylvain et Benoit : Au fil des saisons, il y a peu de surprises, on se rend sur les mêmes spots, on essaie d’arriver avec du matériel prêt par rapport aux conditions rencontrées, on s’enlève un maximum de doute, puis le jour J, on fait pour le mieux, on mets de côté la pression du résultat et on cherche a se faire plaisir, avec l’envie de gagner.

WINDBASE : Le no rules aux bouées, ça donne quoi en vrai?

Sylvain et Benoit : C’est une question d’intimidation, et de respect, l’erreur est vite arrivée, mais très souvent ça se passe bien, les meilleurs s’en sortent toujours, il faut faire attention au kamikaze qui tente le tout pour le tout à chaque bouée…

WINDBASE : Comment se passe le développement du matériel chaque année? Maintenant que vous vous occupez de développer à la fois vos voiles et vos flotteurs, qu’est ce qui vous pousse dans certaines directions plutot que d’autres pour améliorer tout ça?

Sylvain et Benoit : Nous donnons nos retours sur le matériel de production dès les premières compétitions, suite à cela, nous proposons nos idées pour faire évoluer de manière positive ce matériel tout en prenant compte les paramètres du grand public, on recherche de la performance avec du confort et de l’accessibilité . C’est aussi une démarche indispensable pour atteindre la plus haute marche du podium.

WINDBASE : Quels sont vos sponsors? Quelle quantité de matos avez vous a disposition pour chaque saison?

Sylvain et Benoit : Simmer style, Tabou, Orange, Cool shoes. Nous recevons chaque année une gamme complète ICON et SCR avec tous les accessoires pour chaque surface, et une quinzaine de planches par saison, sans compter les planches et les voiles de R&D que nous ne conservons pas.

WINDBASE : Vous « cramez » combien de protos chaque année (aussi bien planches que voiles) avant de sortir le modèle de série?

Sylvain et Benoit : Le nombre de protos dépend simplement du travail à effectuer, tant que nous trouvons pas notre bonheur, nous continuons à développer, en moyenne il faut compter 3 jeux de voiles soit une vingtaine de voiles pour le slalom et 2 protos par modèles de planches soit une dizaine de planches pour la gamme slalom.

WINDBASE : Combien ça coute de suivre le tour PWA? Entre les avions, les hotels… Le ticket d’inscription aux épreuves, c’est élevé?

Sylvain et Benoit : Le ticket d’entrée est de 400$ puis 50$ par étape , une saison coute pour un européen environ 30 000€ pour réaliser les 9 étapes dans de bonnes conditions.

Les Mouss

WINDBASE : Cette année l’Orange Freestyle Cup connaitra-t-elle de grosses nouveautés? L’an dernier de nombreuses demandes pour tester la rampe de windsurf en amateur ont tourné sur les forums, cette année, c’est possible?

Sylvain et Benoit : Chaque année l’événement évolue et grandit, en 2012 le volet sportif accueillera une coupe du monde de Windsurf (NDW : et sera rebaptisé Sosh Freestyle Cup), en plus de la coupe du monde de skate et les competitions de kitesurf et Bmx. Le volet musical accueillera une programmation de DJ internationaux , on développe aussi la partie culture urbaine,avec la danse et l’art graphique. L’accès a la rampe est limité pour une question d’assurance, le danger est réel, croyez nous un minimum d’expérience est indispensable.

WINDBASE : Un « bruit » court au sujet d’une épreuve PWA à Marseille, pendant la Sosh Freestyle Cup. Allez, avouez, c’est vous qui avez fait le forcing non? On peut avoir des détails sur l’épreuve?

Sylvain et Benoit : Pour être clair, il est de notre intérêt d’accueillir en France une étape de coupe du monde, la France est le marché leader, on se doit de se bouger pour le développer. L’étape sera du 19 au 24 juin au même moment que la Sosh freestyle cup a Marseille. Quelques détails restent encore à confirmer.

WINDBASE : On vous verra au Défi Wind en 2012? Un Défi dans le Défi est en cours de montage, pour faire un concours de Vmax au GPS sur les manches, ça vous dit d’y participer?

Sylvain et Benoit : Pourquoi pas…

WINDBASE : Quels sont vos points forts en compétition?

Sylvain et Benoit : Benoit est plus présent dans les conditions extrêmes et Sylvain plus dans les conditions light wind, notre vraie force reste la polyvalence.

WINDBASE : Qui est le meilleur de vous deux? En slalom, en vagues…?

Sylvain et Benoit : Nous sommes clairement au même niveau, celui qui sera en meilleur forme le jour J sera devant…que ça soit en vague ou en slalom…

WINDBASE : Quand on parle de jumeaux, souvent la question cliché c’est « qui est le premier a avoir vu le jour, et est-ce que ca se ressent dans vos relations? » Alors, la réponse cliché a la question cliché?

Sylvain et Benoit : Tout ça ce sont des conneries, nous sommes différents, nous avons une relation purement fraternelle comme l’ensemble des frères et des soeurs sur terre.

WINDBASE : Si je vous dit à chacun « tu gardes une seule voile et une seule planche »?

Sylvain et Benoit : Wave board 85l et 4.7 en europe et wave board 95l et 5.3 a Mauï

WINDBASE : Elle a combien de kilomètres votre célèbre Ford Escort rouge? Elle a du en voir des vertes et des pas mures question trip de planche non?

Sylvain et Benoit : Exactement 329 657km, 22 ans d’âge, elle a fait le tour des spots européens.. On a du mal à s’en débarrasser, tellement pratique, et même en plein hiver elle démarre au quart de tour, exceptionnel…

WINDBASE : Explore and play, 3 épisodes qu’on a pu voir sur le net récemment, vous nous en dites un peu plus? Et les prochains c’est pour quand?

Sylvain et Benoit : Un concept que nous avons retravaillé, il est passé de 26 min en format TV à 5min pour un format web, gratuit, nous prévoyons 12 numéros, 3 par trimestre, la prochaine destination sera la Corse ou La Sardaigne ou encore La Sicile.. Diffusion prévue pour avril.

WINDBASE : Comment aujourd’hui un windsurfer pro gère-t-il sa visibilité sur le web? Avec les nouvelles technos qui sont a dispo partout sur la planete, nous tous les planchistes du dimanche on aimerai tellement avoir bien plus d’images pour nous faire rêver…

Sylvain et Benoit : Avec les petits moyens que nous avons, c’est très difficile, le Windsurf a énormément de retard a ce niveau là, on ne s’est pas adapté aux nouvelles techniques, mais il faut le faire au plus vite…on y travaille fortement.

Les Mouss

WINDBASE : Parlons un peu de speed maintenant… Pensez vous tenter Luderitz l’an prochain? Quels sont vos objectifs sur cette dsicipline?

Sylvain et Benoit : Le speed ne fait plus partie de nos objectifs, il n’y a plus de circuit, donc aucun intérêt, par contre nous avons un projet pour 2013 qui pourrait être en rapport.. Qui sait…

WINDBASE : Les Mouss dans 10 ans? Quelles places visez vous en PWA?

Sylvain et Benoit : Champions du monde…

WINDBASE : Ya pas que la planche dans la vie…. A quoi consacrez vous votre temps hors saison PWA?

Sylvain et Benoit : A la montagne, aux sports outdoor tous confondus et aux voyages, nous avons des vies simples basées sur la découverte.