[responsive-menu]

For English version click here Sam Bittner

L’AWT (American Windsurf Tour) change de nom et de dimension en devenant l’IWT (International Windsurf Tour). Quelques questions à sa patronne, Sam Bittner, pour en savoir plus sur ce circuit windsurf qui monte, qui monte…

WINDBASE : Bonjour Sam, peux-tu nous en dire plus sur toi (ta passion pour le windsurf, comment tu l’as découvert), et sur les débuts de l’IWT?

SAM : J’ai d’abord appris le windsurf à l’école, à l’université Western Washington. Je suis tout de suite tombée amoureuse de ce sport, et après avoir vu des photos de Maui dans les magazines, j’ai acheté un billet d’avion aller simple en 2008. Peu après j’ai commencé a organisé des compétitions de wave sailing un peu partout aux USA et dans le monde.

WINDBASE : Combien de coureurs participant à l’IWT chaque année, en comptant les amateurs et les pros?

SAM : L’an dernier 372 riders ont participé aux compétitions. J’espère qu’il y en aura encore plus cette année.

WINDBASE : Imaginons je suis un planchiste classique, de base, je veux m’inscrire sur le tour, quelles sont les conditions. Faut-il un niveau minimum, ou autre chose ?

SAM : Tout le monde est le bienvenu sur l’IWT ! (Note de Windbase : Comme ça, c’est clair, net, est précis)

WINDBASE : Du côté des riders pro, qu’est ce qui pour toi les pousse à venir participer à l’IWT?

SAM : L’IWT propose des spots excellents pour les épreuves de vagues de haut niveau, et ce partout dans le monde !

WINDBASE : Comment différencies tu les participants pros et amateurs ? Le budget des pros est de plus en plus restreint chaque année…

SAM : C’est aux coureurs de choisir s’ils veulent s’inscrire en catégorie amateur ou pro. Mais, sur certains events, nous mettons en place des trials pour rentrer dans la catégorie pro.

WINDBASE : Quels events va proposer l’IWT en 2017, et dans le futur ? Vagues, Freestyle, Slalom / Racing, Longue distance, Speed ?

SAM : En 2017 nous aurons dix compétitions. Sept en vagues, et trois en Racing / Freestyle. Cette année, nous aurons à Hatteras un event type Défi Wind, avec beaucoup de monde sur la ligne de départ. C’est très stimulant !

WINDBASE : Quel matériel est autorisé sur le tour ? Uniquement le matériel de production, ou est-ce que les coureurs peuvent participer avec des customs?

SAM : Nous n’avons aucune limitation sur le type de matériel utilisé par les coureurs sur le tour. (Note de Windbase : C’est bon ça!)

WINDBASE : Vous proposez d’excellents spots pour les épreuves de vagues, maintenant que l’IWT prend une dimension internationale, vas-tu choisir encore plus de spots autour du monde? Nous avons de très bons spots ici en France :p

SAM : J’adorerai organiser un event en France! En 2017 nous voyageons à Hatteras, au Maroc, aux Barbades, deux fois dans l’Oregon, à Baya, au Pérou, au Chili et à Maui. Nous sommes ouverts aux idées pour les années à venir !

WINDBASE : Peux-tu me dire quel budget est nécessaire pour monter une étape IWT ? Comment parviens tu à réunir le budget, est-ce que les sponsors couvrent les besoins, ou as-tu de l’aide, par exemple, des villes ou se passent les évènements ?

SAM : Chaque épreuve à un budget unique, et des prérequis qui lui sont propres (permis, logistique, voyages…) Le budget pour les events vient des aides gouvernementales, des sponsors, et des tickets d’entrée des coureurs.

WINDBASE : Parviens tu à vivre de l’activité IWT toute l’année ?

SAM : J’ai travaillé à plein temps sur l’organisation de compétitions à Maui tout l’année dernière. Pour 2017, je serai encore à plein temps sur le tour, pour essayer de faire fonctionner au mieux, mais je devrais peut-être travailler à côté…

WINDBASE : Penses-tu que des sponsors plus importants pourraient être intéressés par l’IWT? Les compétitions sont organisées dans des endroits vraiment magnifiques à travers le monde, et il y a des tonnes d’images, de videos…..

SAM : Notre but est effectivement d’attirer de plus gros sponsors avec les lieux que nous choisissons, mais aussi avec notre changement de nom !

WINDBASE : Quelles sont les relations entre l’IWT et la PWA ? Est-ce que l’IWT souhaite à terme supplanter la PWA ?

SAM : La PWA est toujours le standard pour le windsurf professionnel, et nous ne souhaitons pas leur prendre quoi que ce soit. L’IWT grandit, et nous voulons donner des prizes money et des occasions pour les windsurfers de participer à des compétitions. Les valeurs principales de l’AWT ne changeront pas avec notre nouveau nom. Je pense qu’il y a largement assez d’espace pour deux « vrais tours » pour coexister.

WINDBASE : Que penses-tu des critiques qui peuvent viser l’IWT ?

SAM : Pour ceux qui nous critiquent sans nous connaitre, je les invite à participer au tour, et à voir par eux même. Il est vrai que nous avons monté des events avec de très petits budgets par le passé, mais nous avons depuis le début une vraie exigence dans le jugement des heats. Nos juges sont pleinement intégrés dans les compétitions (certains participent même au tour). Cela fait partie de l’aventure « familiale » du tour, et les inscrits qui souhaitent un jour devenir juge peuvent avoir l’opportunité d’apprendre et de participer.